Alexandre Clérisse

jpg_alexandre_clerisseNé le 30 Octobre 1980, à Aurillac, il passe son enfance dans le Lot, à Saint Cère, où il obtient son bac en 1999.

Il crée à cette époque, encouragé par Michel Lablanquie (créateur des éditions Rackam) le collectif de musique et de BD, La Pie Lotoise, où il expérimente ses premiers fanzines, ainsi que l’autoédition.

En 2000, il entame une Première année d’Histoire de l’Art, à Toulouse pour finalement se diriger vers un BTS de communication visuelle (graphisme, édition,…) à Aurillac, qu’il obtient en 2002. Il s’intéresse à l’infographie et à l’illustration jeunesse.

9782205069303-couv-I400x523S’ensuit une période de divers travaux d’affiches, maquettisme et illustration, pour plusieurs organismes citoyens, associations culturelles, festivals, conseils généraux et agences de communications.

Mais, en 2003, il se redirige vers la Bande Dessinée, lorsqu’il intègre l’École Supérieure de l’Image d’Angoulême. Il y rencontre Tony Neveux et François Henninger, avec qui il conçoit la revue collective Le Mouchoir (BD pliable). L’année suivante il réalise collectivement avec Tony Neveux et Violaine Cousty la maquette et la communication de l’exposition au Fil du Nil, la revue annuelle de l’ESI. C’est avec la mention félicitations du jury qu’il décroche son DNAP, Bandes Dessinées en 2005.

Toujours9782205062090-couv-I400x523 avec l’équipe du Fil du Nil, il réalise le plan du 33ème festival de la BD d’Angoulême 2006. On commence à découvrir diverses publications dans la presse et dans des magazines comme Choco Creed, Tobogan et autre presse locale.

À la même période, il rencontre un de ses auteurs préférés, David Prudhomme, qui lui propose de mettre en couleurs La Farce de Maître Pathelin. Dans la même année, il illustre Le Fruit défendu de Théodore Francos Powys. C’est le début de collaborations fructueuses, mais aussi de la création d’albums en solo, comme Jazz Club.

Puis il se dirige vers de nouveaux projets, comme « ginkgo » (avec le collectif Café Creed), un projet qui initie 9782205059212-couv-I400x523les enfants à l’écologie par la Bande dessinée.

En 2009, il publie Trompe la mort et entre dans un nouvel Atelier « le gratin », toujours à Angoulême. L’année suivante il réalise à quatre mains un livre jeunesse L’École des lutins avec Mylène Rigaudie aux éditions Glénat.

En 2013 paraît « Souvenirs de l’empire de l’atome », ouvrage de longue haleine, sur un scénario de Thierry Smolderen.

(source: site des éditions Dargaud)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s